Rencontre avec Laura de Rose de Mai : de la révélation à la reconversion.

Fin d'une froide journée d'hiver, Laura, fleuriste toulousaine, m'accueille chez elle avec un Lenny timide, son chat Maincoon. On a refait le monde (enfin surtout celui d'Instagram ! Ah ah !) autour d'un thé chaud. Elle est aussi chaleureuse et lumineuse que l'est sa boutique "Rose de Mai". Boutique qu'elle a très joliment décorée d'objets chinés ici et là, chargés d'histoire.


Sa mère, sa grand-mère, sa tante.... Laura est inspirée par les femmes de sa famille. Elle leur voue une grande admiration et parle d'elles avec beaucoup de tendresse. Je trouve cela très beau et c'est ce qui m'a particulièrement touché en elle.

Elle a toujours eu cette sensibilité pour les fleurs (ce qui nous fait un point commun en plus d'être nées la même année), ça a été évident pour ses proches avant que ça le soit pour elle.

C'est lors de ses stages d'observation qu'elle a eu une véritable révélation pour le métier, des fleuristes lui ont dit "qu’elle avait ça en elle et qu’elle devait juste se réveiller".

Alors Laura s'est réveillée, et elle a bien fait car elle a un véritable don et beaucoup de sensibilité pour exercer son métier.


Ce secteur étant majoritairement féminin, je lui ai demandé ce qu'il en est des relations entre fleuristes locaux. Elle me dit avoir fait de jolies rencontres et faire partie d'un "groupe" de fleuristes où il y a beaucoup d'échanges et d'entraide. Je me fais alors la réflexion que la sororité est partout et qu'elle est plus forte que la concurrence.


Rose de Mai vient tout juste de fêter sa première année d’ouverture, je vous laisse faire connaissance avec la créatrice et découvrir son histoire.


Parle-moi de toi Laura, de ton parcours.


Laura - Avant de devenir fleuriste j'ai fait 5 ans d'études dans la communication et travaillé 3 ans en tant qu'attachée de presse junior et assistante de communication. Ma reconversion a mis 2 ans pour voir le jour.. Une envie de faire quelque chose de concret et palpable, et de faire du bien aux gens. J'ai toujours aimé les arts sous toutes ses formes et l'artisanat en fait parti. N'étant plus en phase avec moi même sur le plan professionnel, j'ai cherché à concrétiser mon souhait de vivre à travers un métier manuel et créatif. J'ai tout de suite penser au métier de fleuriste car mon amour pour les fleurs a toujours fait partie de ma vie grâce à ma mère. Cette reconversion était alors une évidence.


Dans la vie, plutôt speed ou slow?


Laura - Il fut un temps où je laissais la vie me bercer mais aujourd'hui, je suis plutôt speed depuis que je suis gérante !


De quelles idées, motivations est né "Rose de mai" ? Comment t'es-tu lancée ?


Laura - Rose de Mai est née suite à des événements de ma vie personnelle. Ma tante maternelle s'appelait Rosalie et ma grand-mère paternelle Rose. Toutes les deux sont parties bien trop tôt et sont chères à mon coeur. J'ai voulu leur rendre hommage et les avoir à mes cotés chaque jour qui passe. Puis la Rose de Mai est aussi une des variétés utilisées en parfumerie, senteur que j'affectionne également.


Comment sélèctionnes-tu tes fleurs ?


Laura - Au gré de mes envies et de mon humeur mais aussi selon la saison car je suis attachée à vendre uniquement de la fleur de saison.


Comment se passe le contact avec tes clients, tu réussis à créer du lien ?


Laura - Oui, j'ai la chance d'avoir des clients adorables et bienveillants. C'est aussi ça la récompense de notre métier : faire des rencontres et tisser des liens.


Quelle est la place d’Instagram dans ton activité, ta notoriété ?


Laura - Il a une grande place et joue indéniablement sur la notoriété de la boutique. Il faudrait que je le développe davantage mais je manque de temps !


C'est comment la vie d'entrepreneure ?


Laura - C'est génial et hyper épanouissant ! On se confronte à soi même, je la qualifierais comme un dépassement de soi.


Je crois qu'être une femme lorsque l'on entreprend est une force, que notre coté Yin (la puissance liée à la création, notre intuition...) nous aide et nous pousse à nous dépasser dans cette aventure. Tu en penses quoi?


Laura - Tout à fait d'accord avec toi, d'autant plus lorsqu'on exerce un métier de création. On est dans une recherche constante de nouveautés pour faire la différence. Se renouveler sans cesse est notre leitmotiv !


Qu’est-ce qui est le plus gratifiant pour toi ?


Laura - De voir le bonheur que cela procure chez mes clients.


Si tu devais donner un conseil à tous ceux qui veulent se lancer, ce serait quoi ?


Laura - Ecoutez-vous, faites-vous confiance et croyez-en vous !


On termine avec le...


J'espère que cette rencontre vous a plu. Je suis heureuse que vous ayez ralenti, pris le temps de lire ce nouvel article et vous dis à très bientôt, pour un nouveau portrait de celles qui font le beau.

1 commentaire