Comme des Soeurs, une ode à la famille et à l'amitié.

"Comme des soeurs", ce n'est pas seulement une très belle marque de bijoux du sud, ce sont des créations qui rendent hommage aux liens les plus beaux et les plus forts : ceux de la famille et de l'amitié. Je trouve ses créations solaires, un brin antiques voire mystiques, empreintes d'histoires et de belles intentions dans lesquelles on retrouve un peu chacun de nous.


Derrière elles, les mains magiciennes d'une jeune femme forte, singulière et talentueuse : Isabelle.

Il y a tant de générosité et de créativité qui se dégagent d'elle que, quand le projet de "La parenthèse slow" a germé en moi, il était évident qu'elle serait mon tout premier portrait.

Elle ouvre donc le bal à, je l'espère, une longues séries de rencontres avec ceux qui font le beau.

Sans surprise, elle répond à mes questions avec authenticité. C'est son coeur qui parle et on le sent. Je vous laisse découvrir son histoire.


Parles-nous de toi, de ton parcours.


Je m'appelle Isabelle, j'ai 34 ans. Je suis une passionnée d'art. Petite, j’adorais dessiner, jouer dans des pièces de théâtre, lire et écrire de la poésie. Je touchais un peu à tout sans vraiment exceller nulle part. Tout ce que je sais, c’est que tous ces passe-temps me nourrissaient et me faisaient du bien, soulageaient mes peines.

Je me suis naturellement orientée vers un cursus littéraire option arts plastiques au lycée. N’y trouvant pas mon compte, j’ai poursuivi des études universitaires en histoire de l’art et archéologie ou j’ai fini avec une licence et un double master en poche. Je n’ai donc plus touché à un crayon à dessin pendant 10 ans. Puis j’ai trouvé un travail dans ma branche, dans lequel je me suis épanouie les premiers temps et j’ai rapidement senti qu’il fallait que je change de métier. Je ressentais un manque, surtout au niveau manuel.


Sur un coup de tête, j'ai quitté mon boulot, le confort et la stabilité qu'il m'apportait et me suis mise à créer des bijoux sans savoir du tout où j'allais mais je n'avais pas peur, je me sentais bien et épanouie.

Présente-nous ta marque, tes créations.


Dans Comme des Soeurs il y a "sœur", qui signifie « celle avec qui on partage le même sort ». C’est un mot très fort, dans l’esprit collectif il appelle au lien du sang et d'amitié. On est plus tout seul, on partage la même destinée.

Pour moi, la famille et l'amitié, que je compte sur les doigts de la main, sont très importants, s'en est même viscéral, ils sont mon noyau.

Je me suis toujours trouvée un peu bizarre, marginalisée par les autres, nouer des liens d'amitié a toujours été une souffrance, je devais me faire violence sans arriver à un résultat positif. Alors avec ce nom, je rends hommage aux personnes que j'aime, grâce à qui je me sens acceptée et aimée.


Quand et comment t'es-tu lancée?


On est en avril 2015 et mon travail ne me plaît plu, j'en ai fait le tour. Je travaillais dans une association culturelle dont l'un de ses buts est de promouvoir les artistes de ma région. Je pense que de travailler avec tous ces artistes à fait germer une graine en moi que je croyais évanouie depuis longtemps ! Quelques mois plus tard, je quittais mon job. J'avais vraiment besoin de faire travailler mes mains et de renouer avec la matière, va savoir pourquoi, je me suis mise à faire des bijoux alors que je n'en portais JAMAIS ! Un comble... mais ce fut une vrai révélation.

Il faut savoir que l'idée prend forme très vite avec le bijou, il n'y a pas besoin de beaucoup de matériel, juste de la patience, de l'idée et de la technique qu'on acquiert en faisant.

Je pouvais créer des pièces qui avaient du sens pour moi et y mettre ce que je voulais : de l'art antique, du symbolisme, des mots et des couleurs qui me ressemblent et qui peut-être pouvaient trouver un écho chez d'autres.

Quelle est la place d'Instagram dans ton activité, ta notoriété ?


Je m'y suis mise en 2016 pour montrer ce que je faisais, les débuts ont été très très laborieux ! J'ignorais tout de cet univers et ne connaissais rien ni personne ! Mais avec beaucoup de temps, de patience et de passion, j'ai pu petit à petit faire connaître mon travail et rencontrer des personnes qui ont crues en moi, et m'ont aidées.

Mes créations ne se sont pas vendues d'un coup, c'est venu petit à petit. Le rû est devenu ruisseau, puis rivière et ainsi de suite.

Instagram a été un outil incroyable pour ma marque. C'est une vitrine ouverte sur le monde qui m'a permis dêtre connue et reconnue, de faire de superbes rencontres que je chérie et de comprendre que je pouvais trouver ma place dans ce monde. Même si Instagram a perdu de son âme, il faut bien le reconnaître, il n'en reste pas moins que sans cet outil je pense que je n'aurai jamais osé me lancer.


C'est comment, vivre de sa passion ?

Je compare souvent le métier d'entrepreneur aux montagnes russes, ce métier te fait passer par toutes les émotions en UNE seule journée ! Tu es seule et dois avoir toutes les casquettes, tu vis des moments d'intenses créativité, de confiance en soi, de joie ou tu te sens comblée et au diapason avec le monde ; mélangés à des moments de vides, d'inquiétudes, de boules aux ventres ou tu te sens perdue, ou tu as envie de raccrocher les gants et ça m'arrive souvent.

Vivre de sa passion est épuisant mais c'est mon meilleur job, je ne subie pas mon rythme de travail mais l'adapte à ma vision de la vie. Je ne sais pas si je pourrais en vivre jusqu'à la fin mais j'en savoure chaque journée.

Qu'est-ce qui est le plus gratifiant pour toi?


Être indépendante grâce à sa passion c'est la plus belle des gratifications. Mais aussi voir que d'autres personnes aiment mon travail et ce reconnaissent en elles, on ne se sent plus seule et marginale.


Une anecdote à nous partager?


C'est la question sur laquelle je flanche, je vais partager plutôt un joli souvenir : le jour où on est partie faire un shooting avec ma meilleure amie Aurélie. On s'est rendue aux orgues d'Ille-sur-Têt pour shooter la collection "le Bar à Charms" que je devais sortir en septembre 2018. C'était un moment merveilleux, on a rigolé, on a sué (il faisait tellement chaud encore), les visiteurs nous regardaient bizarrement, nous posaient des questions, on ralait toutes les deux dans notre barbe haha ! On a fini épuisée ! Il n'y avait rien de pro dans ce shooting, j'avais juste l'impression d'avoir partagé un moment d'amusement et de créativité avec ma meilleure amie.


Si tu devais donner un conseil à tous ceux qui veulent se lancer, ce serait quoi?


Il n'y a pas de bonnes façon de faire (et je suis loin d'être un exemple de réussite au démarrage), vous allez forcément vous planter, vouloir abandonner car ça tarde à venir mais il n'y a pas de secret : la persévérance c'est la clé !

Ce n'est pas grave de se planter, de se chercher, mais si vous persévérez vous vous trouverez, si vous avez peur, commencez petit et ne lâchez jamais.

Qu'est-ce qui t'inspire ?


Je créé beaucoup à l'instinct et avec ce que j'ai dans les tiroirs et j'aime beaucoup regarder du côté de la joaillerie antique, de la nature et des symboles.

En revanche, j'essaie de me forcer à lâcher prise, quand ça ne vient pas, ça ne vient pas, il faut souvent laisser les choses se décanter et ça viendra tout seul. Il m'a fallu beaucoup de temps pour le comprendre mais c'est difficile de lever le pied et laisser l'inspiration venir à moi. C'est une leçon de chaque jour.

On se retrouve très bientôt pour une nouvelle parenthèse slow !

1 commentaire